Histoire de la MJC Grieu

MJC_HQ
La première Maison des Jeunes et de la Culture de Rouen fût créée en 1947 dans des locaux préfabriqués près de la gare puis s’installa près de l’Hôtel de Ville.

 

Aujourd’hui Rouen compte trois MJC : La MJC du Mont Gargan, la MJC Rive Gauche et enfin la MJC Grieu Vallon Suisse. C’est la seule aujourd’hui à être affiliée à une fédération.

 

Créée en 1964 grâce à François Gaonac’h président du comité de quartier et instituteur à l’école primaire Anatole France située au sein du quartier. Il a eu le souci d’occuper les jeunes intelligemment en dehors des obligations scolaires dans un quartier isolé et éloigné des activités du centre ville de Rouen.

 

C’est ainsi avec beaucoup de persévérance et avec le soutien de Jean Allard futur adjoint de Jean Lecanuet, Maire de Rouen, il obtiendra un préfabriqué.
La maison de Quartier fut inaugurée en octobre 1964.

 

Malgré de réelles difficultés provoquées notamment par des actes de délinquance commis principalement par des jeunes extérieurs du quartier, la maison des jeunes connaît un développement croissant par le biais de ses activités : Protection Maternelle et Infantile (PMI), réunions des anciens, Le Centre de Loisir Sans Hébergement (CLSH) à partir de 1971.

 

Le 31 décembre 1974, l’incendie du préfabriqué la contraint à restreindre ses ambitions. Cette fermeture obligée allait donner la preuve aux habitants du quartier et aux élus de l’utilité de la maison des jeunes.

Le souhait de reprendre ses activités ainsi que d’un local accessible aux fêtes familiales, allait pousser le comité et le quartier et le conseil d’administration de la maison des jeunes à réclamer un bâtiment plus grand et en dur, véritable coeur du quartier.

 

Cette demande a été acceptée par la municipalité en Novembre 1978. C’est en 1984 que la maison de quartier François Ganoac’h voit le jour. La MJC devient alors une association indépendante gérée par des adhérents selon les principes de base des Maisons des Jeunes et de la Culture. D’autre part, la ville nomme un gestionnaire municipal réduisant l’autonomie de la MJC dans l’utilisation des locaux et supprimant un poste d’animateur.

 

Ce fonctionnement ne va pas empêcher la MJC de prendre de l’ampleur progressivement. L’association va répondre à l’augmentation constante de ses adhérents en utilisant les différentes aides de l’Etat pour employer des animateurs.

 

En 1998, le nouveau conseil municipal conduit par Yvon Robert décide des changements pour les différentes MJC de Rouen, allant de la fermeture de la MJC du centre ville à la municipalisation de la MJC des Sapins. Pour la MJC Grieu, c’est l’heure de la réorganisation, la mairie dénonce la convention établie avec la fédération des MJC.

 

L’association se retrouve contrainte de reprendre la gestion du personnel permanent et procède à l’embauche de deux « emplois jeunes » associatifs. La Ville confie la gestion complète de la maison du quartier à la directrice de l’association.

 

Cette nouvelle fonction avec l’arrivée des emplois jeunes permet à la MJC de se développer mais surtout de dynamiser ses activités existantes en leur donnant plus d’ampleur et de professionnalisme.

En plus des 35 activités culturelles, sportives et de loisirs qu’elle met en place la MJC obtient les agréments PIJ, POINT, CYB, CLAS, CPJ.

 

En Septembre 2006, le Contrat Enfance Jeunesse passé entre la ville de Rouen et la CAF lui permet de proposer de nouvelles actions à ses jeunes adhérents telles que l’organisation de centres de vacances à chaque période de vacances scolaires.

 

Après une prolongation de deux années supplémentaires des aides financières concernant les deux postes « emplois jeunes associatifs », la pérennisation de ces postes a été en grande partie résolue par l’obtention de l’agrément « Centre Social » le 1er Octobre 2005.

 

Tout en reconnaissant le travail social que l’association mène depuis plusieurs années, la CAF lui donne les moyens de ses actions.

 

En janvier 2006, la MJC obtient un emploi tremplin pour l’animation de l’Espace Jeune et les activités ados. Fin 2006, l’association obtient le label « Point d’appui Envie d’agir » et aide à la mise en place d’actions de jeune.

 

Depuis l’obtention de l’agrément Centre Social, la MJC développe des des activités familles (Ludo, Cause Parent…MJC en Famille).

 

En 2008, la nouvelle municipalité propose dans son programme l’agrandissement de la maison parallèlement avec le rattachement du Centre Médico Social. Le projet d’agrandissement est basé sur un principe démocratique en faisant participer les habitants et utilisateurs à des réunions de concertation de l’Atelier Urbain de Proximité (AUP), avec deux représentants au comité de pilotage de la Ville, un pour le Conseil de Quartier et l’autre pour la MJC.

Nous souhaitons un travail d’insertion des habitants dans la réalisation de l’édifice.